Lev-Sémionovitch Vygotski

Qui est Lev-Sémionovitch Vygotski ?

Lev Vygotski

Curieux destin que celui de l'œuvre de Vygotski : ce n'est que plusieurs décennies après la mort de son auteur qu'ont été reconnues l'importance et la fécondité d'une œuvre qui est aujourd'hui considérée comme l'une des plus importantes de la psychologie du XXe siècle, alors même qu'elle demeure très insuffisamment traduite, particulièrement en français.
Hors de l'Union soviétique,son oeuvre a été découverte dans les années 1960.

C'est un penseur qui a introduit la notion du développement intellectuel de l'enfant comme une fonction des groupes humains plutôt que comme un processus individuel. 

Il développe une vision  socio-constructivisme de la connaissance et du developpement de l'individu dès l'enfance.
Le socio-constructivisme est une théorie de l'apprentissage qui suppose que les processus de la connaissance et du developpement sont des processus de construction non seulement individuelle mais sociale.

Vigotsky, le premier, a souligné l'importance de l'interaction sociale dans le développement de la connaissance chez l'enfant.

Biographie en bref

Lev Semionovitch Vygotski, né le 17 novembre 1896 à Orcha au sein d'une famille juive qui s'installe l'année suivante à Gomel, dans l'Empire russe (aujourd'hui en Biélorussie) et mort le 11 juin 1934 à Moscou, est un pédagogue psychologue biélorusse puis soviétique, connu pour ses recherches en psychologie du développement et sa théorie historico-culturelle du psychisme.

Après quatre années d'études universitaires à Moscou, il est de retour à Gomel lorsque survient la révolution d'Octobre. Prenant une part très active à la construction de la nouvelle société soviétique, il y partage son temps et ses nombreuses activités entre ce qui constitue déjà ses trois centres d'intérêt essentiels : la psychologie, l'art et l'esthétique, les questions pédagogiques et éducatives. Après une intervention au IIe Congrès panrusse de psycho-neurologie qui se tient en 1924 à Leningrad, on lui propose un poste à l'Institut de psychologie de Moscou, où il rejoint Luria et Leontiev, et où il travaillera jusqu'à sa mort, en 1934.

Au cours de ces dix années de travail à Moscou, dans l'urgence d'aller plus vite que la maladie qui l'emportera, Vygotski déploie une activité prodigieuse. Rédigeant environ 180 textes scientifiques, il mène ou impulse des recherches dans de nombreux domaines (la psychologie de l'art - titre de sa thèse, soutenue en 1925 -, l'éducation des enfants déficients, la pédagogie, les rapports entre pensée et langage, la formation des concepts, le problème de la localisation des fonctions psychiques au sein du système nerveux, etc.)

Concept de zone proximale de développement

ZPD - Zone proximale de développement
Ce concept central dans les travaux de Vygotsky exprime la différence entre ce que l'enfant apprendra s'il est seul, et ce qu'il peut potentiellement apprendre si on lui fournit une aide.

La ZPD est donc la distance (différence) entre le niveau de développement actuel, déterminé par les capacités de l'enfant à résoudre seul un problème, et le niveau de développement potentiel, déterminé à travers la résolution de problème par cet enfant, lorsqu'il est aidé par des adultes ou collabore avec des pairs de niveau plus avancé.
La ZPD est donc tout ce que l’enfant peut maîtriser quand une aide appropriée lui est donnée.

Ainsi, l'éducateur a bien une fonction éducative active, il n'a pas qu'à attendre que l'enfant construise par lui-même, en toute autonomie, ses savoirs, par une maturation psychologique plus ou moins naturelle.
C'est là une critique du concept d'éducation négative développé par Jean-Jacques Rousseau ou de l'education selon le précepte "laisse moi faire seul" de Maria Montessori.

Cette théorie suggère que les enfants sont aptes à mieux apprendre, à résoudre des problèmes et à s'améliorer autour d'un enfant plus expérimenté, d'un parent, d'un éducateur ou d'un enseignant, plutôt que seul ou avec un enfant à leur niveau cognitif.

L'étayage

L'étayage consiste pour le parent, l'adulte éducateur ou le pair expert (enfant un peu plus âgé, un peu plus avancé dans son développement) à susciter le désir d'apprentissage et à le guider.
L'étayage se fait en tenant compte du niveau de développement actuel et du niveau potentiel (c'est à dire en prenant en compte la zone proximale de développement).

Les progrés du développement cognitif se font d'abord de façon sociale avant de se faire au niveau cognitif.
Par exemple, lorsqu'un enfant pointe un objet de son index, au départ il ne fait que tenter d'approcher sa main vers lo'objet pour le prendre. Ce n'est qu'à cause des réaction des adultes à ce geste que, petit à petit l'enfant finira par comprendre qu'il peut pointer du doigt un objet pour le désigner et pour l'obtenir par le biais d'un tiers.

L'étayage est un soutien, l'adulte ne lui impose pas une action mais le soutien dans une que l'enfant a déjà initié.
Par exemple, un enfant de 18 mois qui sait enfiller les manches de son manteau mais qui n'arrive pas à monter la fermeture éclair : l'adulte va bien mettre les deux cotés du manteau face à face et à niveau, puis va verbaliser les étapes à faire pour l'enfant puisse le faire seul.
Il ne s'agit pas de transmettre une façon de penser à l'enfant mais bien de l'accompagner pour qu'il progresse dans sa façon de penser.
L'adulte doit tout d'abord à soutenir l'intérêt et l'enthousiasme de l'enfant, en l'aidant à dépasser la distraction et la lassitude ou le découragement.
Simplifier la tâche de l'enfant en limitant les étapes.
Par exemple, l'enfant veut coller des gommettes sur une feuille, au départ au lieu de lui proposer des gommettes complétement collées sur la feuille de support, l'adulte peut les avoir déjà décollé partiellement.
Anticiper verbalement ce que fait l'enfant et éventuellement lui sugérer des solutions mais sans les imposer et lui signaler ses erreurs sans trop insiter.
Et à toutes les étapes lui éviter les frustrations liées à l'acomplissement de la tâche

Le langage

Selon Vygotski, le rôle du langage est très important dans le développement cognitif. 
Le langage est important pour deux raisons:
  • La langage a une fonction interne, il permet à la pensée de se réaliser et se structurer, contrairement à la théorie de Piaget pour qui c'est le développement de l'intelligence qui permet celui du langage. Penser et langage se construisent ensemble.
    De plus, le langage egocentrique (quand on se parle à soi-même) permet à l'enfant de guider lui-même son action
  • Le langage a une fonction externe, c'est un moyen privéligié de communication avec les autres et donc un support d'apprentissage mutuel.